La voie Lycienne : 5 jours de randonnée sur un itinéraire mythique!

Updated: Apr 27, 2019

Aussitôt arrivés en Turquie nous avons pris la direction des montagnes et des sentiers pour arpenter la célèbre Voie Lycienne. Au programme : 500 km le long du littoral pour près d’un mois de randonnée. Les aléas du voyage nous ont contraints à nous limiter à 5 jours de marche qui resteront l’un de nos meilleurs souvenirs en Turquie.

Le site antique de Sidyma

La voie Lycienne débute officiellement à Ovacik au dessus d’Ölüdeniz. La première section du trajet est très belle avec une vue dégagée sur la baie d’Ölüdeniz puis sur Kibrak.


La reprise est assez dure et on en a pas mal bavé avec le poids des sacs à dos mais le parcours reste très accessible.


La seconde partie du tracé devient plus alpine, on évolue au cœur d’impressionnantes falaises qui nous rappellent quelque peu les Dolomites italiennes.


Il est ensuite temps de redescendre vers Faralya et la vallée des papillons pour établir notre camp au dessus de la vallée.


Bilan ce premier après-midi de marche : 4h, 12 km et 640m+ environ.

Le lendemain matin nous laissons nos sacs au campement pour descendre dans la vallée.


Enclavée au cœur d’une gorge plongeante et profonde -plusieurs centaines de mètres de hauteur, 300 mètres apparemment -, cette petite plage aux eaux transparentes et oscillant entre le bleu encre et le vert possède un charme fou! La beauté de la nature est au rendez-vous.


On accède à la plage et la gorge par une petite rando d’une heure avec deux passages un peu plus délicats avec des cordes de rappel. Plusieurs panneaux invitent les marcheurs à être vigilants, le parcours peut être dangereux en cas d'intempéries. Les pierres sont très glissantes et plusieurs passages abrupts se font en bord de précipice. Nous apprendrons plus tard que ce chemin est en réalité fortement déconseillé depuis quelques mois suite au décès de plusieurs locaux ces dernières années… Les cordes restant en place ne sont plus entretenues, nous déconseillons donc fortement ce sentier en cas de météo incertaine et dans tous les cas si vous avez un gros sac à dos. Laissez le sur les hauteurs!


En bas la plage est incroyablement belle et naturelle. Quelques huttes et bungalows la bordent mais le tourisme n’a pas vraiment atteint ce lieu retiré. Du moins hors saison… car en été les bateaux affluent toutes les demi-heures!


Plus loin on peut s’engouffrer dans la vallée qui prend des airs de jungle avec ses passages en bordure de rivière, sa végétation dense et folle. Plus on avance et plus on s’enfonce entre ces deux falaises ocre impressionnantes. Au bout se trouve une cascade mais il est déconseillé de s’y arrêter du fait de nombreuses chutes de pierres.


Nous empruntons le même parcours pour remonter vers Faralya et reprenons la route de la Voie Lycienne avec une rude montée qui se fait sentir -coucou excès de souvlaki et Loukoumades-.


Deux itinéraires s'offrent alors aux randonneurs, le premier longe la côte et donne accès à la baie de Kabak tandis que le second contourne la vallée et offre de belles vues sur les falaises et ruisseaux alentour. Nous décidons d'emprunter le second -on ne se lasse jamais des montées! euh...-.


Une fois le petit village d’Alinca dépassé on a entamé une très jolie descente vers la mer et les falaises dans la pinède.


On décide de poser la tente sous les pins en fin de journée au milieu des fleurs qui pointent leur nez.


Bilan de la journée : 8h de marche, 21.5 km, 1200m d+.

Le lendemain on commence la rando en compagnie de deux Turcs avec qui on partagera nos premières galères de balisage et beaucoup de discussions sympathiques. Ils nous accompagneront jusqu’au site antique de Sidyma.


En traversant le village on peut apercevoir de très beaux tombeaux lyciens et plusieurs autres constructions en ruines. On retrouve même des pierres gravées incrustées dans la structure de la mosquée!


Le site semblait très important à l’époque et l’ambiance qui s’en dégage au milieu de ces vallées perdues est très agréable.


On abandonne nos copains d'étape juste après Bel pour entamer une belle descente -où parfois la pierre élimée glisse- qui serpente dans les pierres blanches et la pinède avant de se poser sous les pins de Gavurağılı.


Une nouvelle fois la descente peut se révéler un peu technique avec de gros sacs. La majeure partie du dénivelé se fait sur des grosses dalles de pierre qui peuvent être très glissantes. À ne pas tenter après une journée de pluie!


Bilan : 21.5 km, 7h30 de marche, 400m d+

Nous avons ensuite eu du mal à trouver le sentier entre les anciens marquages contradictoires avec les plus récents et des traces qui se font de plus en plus désirer tandis qu’on avance dans la rando…



Bref après plusieurs détours qui nous auront fait perdre près d’une heure et une balade -pas vraiment prévue dans le parcours- dans la forêt jusqu’à la crête, d’où nous pouvons admirer la loooooongue plage de Patara -la plus longue de Turquie-, les étangs, le ruines, et… une mer de serres à l’infini, nous arrivons enfin au site de Pydnai.





Il ne reste plus que l’enceinte du château que l’on traverse pendant la balade, ce qui est très agréable, et le site se révèle être un spot de pique-nique idéal avant de reprendre la route.


On était heureux de savoir qu’on allait traverser la plaine, enfin un peu de rando tranquille! Mais en fait qui dit plaine, dit agriculture et aujourd’hui agriculture intensive…


Si la toute première partie en bord d'étang est assez agréable, s'ensuivent ensuite des heures de marche sur la route entre les serres pour atteindre les sites antiques de Letoon -un grand amphithéâtre- et de Xanthos.


Ce dernier possède une très belle arène particulièrement bien conservée mais aussi une table énigmatique dont personne n’a encore su décrypter le langage. Le site -payant- est nettement plus étendu mais nous ne l’avons pas visité car nous arrivions aux heures de fermeture.


Après cette journée moralement harassante passée à chercher la trace et marcher sur l'asphalte, on pose la tente dans une petite clairière un peu en amont des ruines encerclés par une horde de chiens errants -mais très mignons!-.


Bilan de cette 4ème journée : 20km, 6h de marche, 150 m d+


Notre cinquième jour de randonnée va prendre une tournure inattendue. On quitte enfin ce décor de serres en enfilades pour suivre un ancien aqueduc romain sur plusieurs kilomètres. La balade est particulièrement agréable! Ce dernier enjambe les collines environnantes dans un cadre forestier très rafraîchissant.


Nous avons déjeuné sur les ruines de l’aqueduc -et attrapé une belle tique au passage-, avant de reprendre la route vers Akbel… que nous n’atteindrons pas.


Au détour d’un petit village perdu au milieu de nulle part un chien errant a subitement décidé de venir mordre Rémy au mollet -c’est moche!-. On décide néanmoins de finir l’étape pour rejoindre Kalkan avant de nous retrouver bloqués par un torrent en crue, et perdre notre capuchon d’appareil photo en tentant de le traverser -en vain-. Bref c’est avec regrets que nous stoppons la randonnée au dessus du village pour reprendre le stop. Direction Antalya pour une consultation à l'hôpital et les injections antirabiques!


Bilan : 16 km, 4h de marche et 260 m D+

Nous n’avions pas franchement prévu de visiter Antalya si rapidement mais après avoir galéré à trouver un hôpital qui avait le vaccin contre la rage nous avons pu visiter le centre ville.


Les principaux attraits touristiques sont situés dans le quartier historique de Kaleiçi. Il a de nombreux monuments byzantins et ottomans et les rues ont su garder du charme malgré leur côté touristique. Le plus célèbre est la monumentale porte d’Hadrien et les tours de Muratpasa.

Le reste du centre ancien est constitué d'élégantes maisons ottomanes qui ont pour la plupart été transformées en boutiques, bars ou restaurant.









La mosquée du Sultan Alaaddin était très belle avec ses fresques et celle de Murat Paşa était malheureusement en rénovation.









On a beaucoup aimé l’ambiance dans les parcs avec les familles qui viennent 'chiller' le week-end en bord de mer! Le cadre est somptueux, la ville étant encerclée par de hautes montagnes dont les silhouettes se dessinent à l'horizon.



Ne manquez pas non plus le port antique et ses tours de garde.


Dans la rue on a rencontré Rasim, qui vend des tapis artisanaux brodés à la main. On papote avec lui et on échange nos numéros. Le lendemain il nous appelle pour nous dire que son fils va à Sultanhani, proche des Cappadoce. Ni une ni deux, on saisit cette opportunité ! Mais ça sera pour un prochain carnet...


On a aimé :

  • Les sites Lyciens de Sidyma, Letoon et Xanthos.

  • La vallée des papillons, juste magique!

  • Les premières étapes de la Voie Lycienne, au pied des falaises.

  • L'étape rand'eau sur l'aqueduc de Xanthos reste l'une de nos préférées. La vue sur les serres n'est pas dingue mais le parcours sur l'édifice vaut clairement le coup!

La plaine de Xanthos et ses serres...

Bon à savoir :

  • En saison il faut payer un bateau pour se rendre dans la Butterfly Valley et l’accès au parc naturel au cœur de la vallée et vers les cascades est payant.

  • Attention le balisage de la Voie Lycienne devient de plus en plus incertain au fil des étapes. Si les premières et les dernières sont les plus parcourues, certaines étapes intermédiaires sont franchement difficiles à suivre sans carte. Maps.Me aide mais ne suffit pas toujours.

  • Le ravitaillement est en théorie facile sur la Voie Lycienne, il y a de nombreux villages qui proposent un hébergement et une restauration rapide chez l’habitant mais certaines étapes peuvent être plus compliquées. Mieux vaut donc prévoir des réserves de nourriture conséquentes.

  • Il existe plusieurs guides papier pour la Voie Lycienne dont un en anglais mais mieux vaut prendre le turc qui est plus détaillé avec un carte et des schémas facilitant le cheminement.

  • A proximité d’Antalya se trouve Geyikbayırı, la Mecque de l’escalade en Turquie. Chaque année s’y tient également un festival international de HighLine.

  • Nous n’avons pas pu visiter le site d’Olimpos tout proche d’Antalya mais tout le monde en Turquie nous a dit que c’était l’un des plus beaux spots du pays.

  • Malgré le côté très touristique du centre d'Antalya il reste possible de dénicher d’excellentes tables à des prix extrêmement raisonnables. On nous avait conseillé la lokanta -cantine populaire- "Can Can" et nous n'avons pas été déçus! Nous nous sommes régalés avec deux repas complets pour ... 5 € pour deux! Le premier d'une longue série de découvertes culinaires incroyables en Turquie.

  • Randonner en Turquie réserve bien des surprises, il n'est pas rare de croiser des fruits bizarres qui, une fois pelés, peuvent servir d'éponge

  • Mais également des animaux que nous n'avons pas l'habitude de croiser en montagne...



Notre budget pour 7 jours pour 2 : 47 €

  • 14 € de bus : pour atteindre au plus vite l’hôpital d'Antalya...

  • 8 € d’hôtel car nous sommes arrivés de nuit...

  • 25 € de nourriture


26 views

Nous contacter :

Où sommes-nous actuellement ?

Prochaine étape :

Nous sommes de retour à la maison les prochaines aventures seront à découvrir prochainement...

Tu peux également nous suivre au jour le jour ici :

polarstepsn&b.jpg

© 2023. Site conçu avec Wix.com