Iran, la fin d'un voyage

L'heure est venue, après plus de 9 mois sur la route nous décidons de faire marche arrière pour rentrer -doucement- à la maison. Mais pas avant de profiter encore un peu des magnifiques trésors que recèle l'Iran! Au programme de notre dernière semaine : les immanquables Yazd et Isfahan, la belle cité de Kashan et un détour dans la jungle caspienne à Rasht.

Les ruines du Château de Rudkhan dans leur écrin de verdure

Après une longue et chaude journée de stop, passée le nez dans la poussière et les gaz d'échappement, nous atteignons enfin la ville de Yazd, perle du désert Iranien. Malgré des températures caniculaires -49°C au thermomètre!- nous avons pu arpenter la ville par petites marches successives, entrecoupées de replis stratégique au frais.


Cette belle journée nous la devons à Farza et Mehdi qui, en plus de nous avoir accompagnés sur nos dernières heures de stop, nous ont gentiment invités à passer deux nuits chez eux. Ils seront nos guides à travers les ruelles centenaires en terre sèche de la vieille ville, mais également aux confins de la cité. Difficile de rêver mieux!


La visite débute comme souvent par la Grande Mosquée, décorée d'élégants motifs et qui semble une nouvelle fois d'une taille disproportionnée!



Nous prenons ensuite la direction du Complexe Amir Chaghmagh, l'un des symboles de la ville de Yazd. La place est gigantesque et permet de profiter au mieux des élégantes proportions des bâtiments tout autour.



Difficile de résister à l'envie de goûter les Baklavas et autres confiseries traditionnelles du magasin Haj Khalifeh Ali Rahbar & Shoraka, situé sur la place et très réputé dans la région! C'est donc l'estomac bien rempli que nous partons pour la ville ancienne, ceinturée par les anciens remparts en terre sèche. L'ambiance des ruelles désertes à cette saison est assez unique. On prend le temps de déambuler au hasard des rues, les yeux rivés sur les intrigantes tours du vent ou badguir -qui servent aujourd'hui encore à rafraichir les maisons traditionnelles-, pour trouver le belle maison Lariha. Si sa visite n'est pas immanquable elle reste une pause agréable dans la chaleur de l'après-midi.


On retrouve à la maison Lariha le goût prononcé des princes d'antan pour les représentations féminines.

Après une pause à l'intérieur et une sieste bien méritée nous profitons de la fin d'après-midi pour découvrir le Temple du Feu Zoroastrien de Yazd.


La religion zoroastrienne, était autrefois la religion prédominante en Iran, avant l'avènement de la religion musulmane. Une petite communauté zoroastrienne est toujours présente à Yazd et entretient les édifices traditionnels, alimentant le feu qui brule sans interruption depuis plus de mille cent ans.


A la nuit tombée nous poursuivons notre déambulation vers le beau parc des jardins de Dowlat Abad. La fraicheur qui y règne est on ne peut plus appréciable!


Après cette belle rencontre nous reprenons la route pour LA ville la plus touristique et célèbre d'Iran : Isfahan.


A peine arrivés nous constatons immédiatement que sa réputation n'est en rien usurpée. Il y a beaucoup plus de touristes que lors de nos dernières étapes, il est difficile de traverser le centre ville sans se faire racoler par les marchands de tout genre et la plupart des restaurants n'affichent aucun prix à leur carte. Cela sera à la tête du client !


Notre visite débute une nouvelle fois par la Grande Mosquée. Le complexe est monstrueusement grand, tous les styles architecturaux islamiques s'y côtoient et de nombreuses salles sont aujourd'hui inoccupées, voire à l'abandon. Le lieu est étrangement calme et apaisant, on prend le temps de parcourir l'ensemble des appendices qui accueillaient autrefois les voyageurs du monde entier, avant de contempler les décorations exquises des bâtiments les plus récents.


La grande mosquée est reliée au centre ancien par le Grand Bazar, à l'ambiance toujours aussi magique. Les dédales de briques et de broques se succèdent et nous traversons les ailes occupées par les marchands de tapis, bijoux ou épices.


Le Bazar débouche directement au nord de la majestueuse place Naghch-e Djahan, l'une des plus grandes du monde! Il est impossible d'y faire plus de 100 m sans être accostés par des vendeurs en tout genre, des passants ou restaurateurs vous invitant cordialement à manger dans leur établissement mais le spectacle en vaut la peine.


La place, inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO, est entourée par des monuments historiques tous plus impressionnants les uns que les autres : la mosquée du Chah au Sud, le palais Ali Qapou à l'Ouest, la mosquée du Cheikh Lotfallah à l'Est.



La visite de la Mosquée du Chah est immanquable tant les mosaïques bleues sont saisissantes de beauté. La taille des bâtiments est une nouvelle fois impressionnante.


Une fois n'est pas coutume nous nous faisons avoir dès la sortie pour finir au fin fond d'une boutique de marchand de tapis... Les rabatteurs sont de vrais pros!


Après un rapide tour dans le quartier Arménien de la ville nous reprenons la direction du logement de nos hôtes pour la désormais traditionnelle sieste de l'après-midi.


Demain : direction Kashan!




La ville de Kashan est souvent située à l'écart des circuits touristiques traditionnels et c'est bien dommage! Elle présente une architecture ancestrale remarquable, faite de maisons en argile, tout comme Yazd, et l'une des plus élégantes mosquées du pays : la Mosquée Agha Bozorg.


La ville concentre également de nombreux palais de princes ou marchands qui ont grandement enrichi la cité et assuré sa renommée. Certains sont désormais transformés en hôtels de luxe, tâchant de faire oublier le passé très traditionnaliste de la ville-, tandis que d'autres sont ouverts à la visite.


Parmi eux les hammams du sultan Amir Ahmad sont clairement les plus spectaculaires : à ne manquer sous aucun prétexte! En bonus, une balade sur les toits de l'établissement permet de jouir d'une belle vue sur la ville ancienne et les palais avoisinants.


Avant de repartir nous profitons du calme et de la fraicheur du grand bazar, complètement désert pour apprécier les perspectives qu'il offre sur l'architecture traditionnelle -parfois mal en point- de la ville ancienne.



La route s'annonce longue vers le nord et la mer Caspienne, dernière étape de notre périple dans la fournaise iranienne.

Après un nouveau voyage en bus de 9h vers la petite ville de Rasht. Il n'y a pas grand chose à y voir, hormis la foule qui se masse sur sa place principale, au design européen détonnant, à la nuit tombée.



Située dans la région la plus verdoyante d'Iran, Rasht est un point de départ idéal pour des excursions en montagne ou au bord de la mer Caspienne. Pour notre dernier trip en stop nous optons pour le château de Rudkhan perché sur un sommet noyé sous une jungle luxuriante.



Nous qui rêvions de la fraicheur apportée par tous ces arbres, nous avons souffert lors de la rude montée vers les ruines de la forteresse. Il y a foule tout autour mais nous n'arrivons pas à savoir si c'est la raideur de l'immense escalier menant au sommet qui nous achève ou l'humidité ambiante, qui atteint là des records!


Nous arrivons finalement au sommet pour contempler un panorama magnifique, loin des clichés que nous avions de l'Iran. Loin de la poussière et des villes surpeuplées que nous avons parcourues ces dernières semaines. Et cela fait un bien fou!



L'heure de quitter le pays arrive à grand pas, nous reprenons le stop en direction d'Astara, ville frontière avec l'Azerbaïdjan pour notre dernière étape en Caucase. Des images, des saveurs et des rencontres inoubliables plein la tête!


Grande Mosquée de Yazd




Kashan




On a aimé :

  • L'incroyable accueil de Farza et Mehdi, et leur visite mémorable du vieux Yazd









  • Le raffinement et les extraordinaires détails des mosquées et palais d'Isfahan

  • L'élégance de la Mosquée Agha Bozorg et des bains du Sultan Amir Ahmad à Kashan

  • Le cadre luxuriant du château de Rudkhan, bien loin des clichés habituels de l'Iran

Bon à savoir :

  • Outre le Temple du Feu, il est possible de visiter plusieurs autres édifices Zoroastriens : les tours du Silence et la forteresse des Lions notamment. Pour en savoir plus sur cette religion, vous pouvez faire un tour sur Wikipedia.

  • Votre visite de Yazd sera surement l'occasion de déguster les nombreux cocktails à l'eau de rose ou au safran. On les retrouve à toutes les sauces : glaces, granités, boissons rafraichissantes, etc. Anaëlle en a encore des haut-le-cœur.

  • Comme dans de nombreuses villes orientales, le racolage est omniprésent à Isfahan. Cela restera l'étape où nous l'avons le plus ressenti de tout notre voyage. Attends-toi donc à finir au fin fond d'une boutique de tapis ou en terrasse après la rencontre de jeunes qui "voulaient simplement discuter pour parler un peu anglais/français" :)

  • Lors de notre visite de la Mosquée du Chah à Isfahan, il était possible de visiter le chantier de rénovation de la grande coupole. Le montage traditionnel est impressionnant et mérite un coup d'œil!

  • Isfahan est en général traversée par la rivière Zayandeh, mais en période estivale, la rivière est entièrement asséchée, offrant un spectacle tristement étonnant. Le pont emblématique de Si-o-se Pol apparait presque incongru dans cet immense lit de terre...



Notre budget pour nos 6 derniers jours en Iran: 10 € de visites

  • 5,4 € pour les mosquées d'Isfahan

  • 2,7 € pour les bains de Kashan

  • 2 € pour le château de Rudkhan