La côte Monténégrine : le mix parfait entre l’ambiance de l’adriatique et un petit goût de fjord!


Le Monténégro est un des plus petits pays des Balkans mais également l’un des plus beaux. Un pur concentré de nature, entre hautes montagnes alpines et une côte magnifique avec la fameuse baie de Kotor, sa merveille. Les conditions hivernales nous ont confinés sur la côte mais ne nous ont pas empêchés d’en prendre plein les mirettes pendant 3 jours!


La forteresse de Kotor surplombe la superbe baie du même nom

La première ville en descendant de Croatie est Herceg Novi. Il n’y a pas vraiment de centre ville, cette longue baie possède une jolie promenade en bord de mer et une vieille ville encerclée de murailles mais le reste de la station s’étend le long de la route.



Cette ville aura connu de nombreuses dominations (ottomane, vénitienne, austro-hongroise) et de nombreux monuments témoignant de ces passages.


On déambule avec plaisir dans ses ruelles et places ensoleillées bordées de cafés, galeries d’arts et magasins rendant le vieux centre paisible. Le centre possède également de nombreux forts et bastions malheureusement fermés hors saison.



En descendant vers la mer, on a pu admirer l’église de l’Archange Saint Michel qui combine élégamment les styles byzantin et gothique et plus loin celle de Saint Jérôme au centre d’une placette bordée de palmiers avec vue sur la Riviera.



On arrive alors au niveau de la promenade de la Riviera que nous avons longée à vélo. Le cadre est juste incroyable… les montagnes escarpées viennent mourir dans la mer turquoise. On en oublie le côté méditerranéen avec les clubs, hôtels et le farniente.



Sur la route nous nous sommes arrêtés au monastère de Savina, perché sur une colline ombragée avec ses trois églises surplombant la baie.




Un peu plus bas, le village de Perast est l’un des plus beaux de la côte. Ce petit village de pêcheurs embelli de palais à influence vénitienne est une petite merveille. La vue sur le fjord et les deux îles est imprenable depuis ici!



En arrivant on observe de loin le clocher du campanile de l’église Saint Nicolas. En dehors de la pleine saison les gens s’affairent ici et les maçons travaillent à la restauration de belles maisons en pierre blanche tandis que les pêcheurs récoltent les poissons.



En se promenant dans les ruelles on regarde les éléments de chaque palais : balustrades, fenêtres, balcons,... On observe au loin deux îles. La première abrite l’abbaye Saint-Georges et la seconde, artificielle, l’église Notre Dame Du Récif.




Mais le clou du séjour reste la charmante cité de Kotor, nichée dans la baie du même nom. On se croirait presque dans un fjord norvégien épicé à la sauce méditerranéenne.



La ville est entièrement fortifiée, ses ruelles minuscules sont toutes plus belles les unes que les autres et on aimerait profiter des terrasses pendant des heures. De nombreuses églises sont parsemées dans le petit centre historique. On y trouve également plusieurs petits musées -dont un dédié au chat, oui oui!-.



Kotor est également le point de départ de randonnées vers le massif du Lovcen. L’occasion idéale de profiter du beau panorama sur la baie -malgré les HLMs de la périphérie-.




Plus au sud la cité branchée de Budva émerge soudainement en contrebas d’une route côtière en lacets. La cité neuve est constituée de buildings sans attrait et la vieille ville est encerclée par des remparts et la mer Adriatique aux eaux turquoise qui vient s’échouer sur la roche. En arrière plan on voit les majestueuses montagnes de Lovćen.



Malheureusement une fois n’est pas coutume, l’Homme est venu gâcher ce trésor en construisant en masse afin de contenter la jeunesse dorée qui vient se prélasser ici en été.


Le centre historique est particulièrement bien conservé et le dédale de petites ruelles pavées aux façades en pierres apparentes et toits de tuiles rouges ne sont pas sans charme! On imagine qu’en été il doit être agréable de flâner dans cette cité (malgré la foule).


Les séismes ont ébranlé la vieille ville à plusieurs reprises mais elle a été reconstruite méticuleusement. Aujourd’hui les échoppes ont laissé place à des magasins de souvenirs, restaurants touristiques et bijouteries…


Près de la citadelle, on trouve deux églises. La cathédrale Saint Jean et l'église de la Sainte Trinité, symbole de la ville.



Sur la route pour Stari Bar on a admiré la côte escarpée et découpée ainsi que de nombreuses criques au sable clair et aux eaux turquoise avec en fond de toile de belles montagnes et une ligne d’horizon lointaine. Malheureusement, la vague immobilière et la fièvre constructrice font des ravages sur ce littoral pourtant si beau et sauvage.


On s’est arrêtés pour admirer l’île de Sveti Stefan ancien refuge de pêcheurs aujourd’hui monopolisée par un complexe hôtelier.




La cité perchée de Stari Bar, enclavée dans les collines et éloignée de la côte était jadis un citadelle imprenable -avant de tomber dans les mains de plusieurs envahisseurs et de subir des dégâts par des explosions des entrepôts de poudre-.



On se faufile donc dans les ruelles pavées, entre les vestiges de ce qui fut autrefois une cité prospère et on s’amuse à imaginer ce qu’étaient les bâtiments aujourd'hui disparus. Au travers d’une meurtrière le bel aqueduc et ses dix-sept arches apparaît.


Certains bâtiments revoient le jour grâce aux restaurations comme la tour de l’horloge, la chapelle et le palais qui redonnent peu à peu vie à ce lieu aujourd’hui prisé par les chats errants et le lierre.




Tout au sud du Monténégro se trouve la ville branchée d’Ulcinj. Peuplée à 90% d'Albanais elle dénote un peu des autres villes du littoral avec ses mosquées et son ambiance orientale.


Aujourd’hui la ville attire surtout les clubbers ou les amateurs de farniente sur ses plages.


La vieille ville, tassée sur un promontoire dominant la mer Adriatique, est ceinturée de puissantes murailles. Elle n’est malheureusement constituée que d’hôtels ou restaurants fermés hors saison et paraît vidée de toute vie en hiver…


Ne manquez pas la cathédrale Saint-Nicolas à la sortie de la vieille ville pour ses fresques orthodoxes magnifiques.



On a aimé :

  • Le charmant centre de Herceg Novi et sa Riviera piétonne, offrant de belles vues sur les massifs alentours.

  • Le village de Perast, le plus beau de la baie de Kotor.

  • La vieille ville de Kotor et ses fortifications.

  • Stari Bar, les ruines de la puissante cité médiévale.

  • Les magnifiques baies de la côte Monténégrine.


La vieille ville de Kotor depuis les marches de la forteresse

Bon à savoir :

  • La côte Monténégrine, et particulièrement la baie de Kotor, est littéralement prise d’assaut en été par les hordes de touristes et les paquebots de croisière. Préférez donc Mai et Juin pour profiter au mieux du cadre magnifique.

  • La montée au fort de Kotor est payante en été mais gratuite hors saison.

  • N'hésitez pas à comparer les prix avant de vous décider, le racolage est fréquent sur la côte (surtout au Sud) et les prix peuvent nettement varier.

  • Le pays est surtout réputé pour ses réserves naturelles, il comprend notamment des massifs escarpés surnommés "Suisse des Balkans", la dernière forêt originelle d'Europe, le meilleur spot de rafting du continent et nombre de randonnées magnifiques. Mais pour ça il faudra revenir en été!

  • Profitez de votre visite à Kotor pour tester la pâtisserie locale : la Kotorska Krempita. Mieux vaut tout de même la déguster au retour du fort car la montée pourrait être rude sinon!


Notre budget pour 1 jour et 1 nuit : 78 €

  • 8 € de visite (cathédrale de Kotor et Stari Bar)

  • 12 € de bus vers l'Albanie (impossible de quitter Ulcinj en stop...)

  • 35 € pour les repas

  • 23 € d'hébergement (deux hôtels à Budva et Ulcinj)




77 views

Nous contacter :

Où sommes-nous actuellement ?

Prochaine étape :

Nous sommes de retour à la maison les prochaines aventures seront à découvrir prochainement...

Tu peux également nous suivre au jour le jour ici :

polarstepsn&b.jpg

© 2023. Site conçu avec Wix.com