Le Nord-Est de la Crète : La côte préservée de l'ile

Mis à jour : 1 avr. 2019


Nous avons fait escale en Crète pour 3 semaines, cette île magnifique regorge de trésors sauvages et a su garder son caractère authentique. Entre gorges impressionnantes, plages enchanteresses et gastronomie extraordinaire : retour sur notre périple en trois épisodes. Le troisième se concentre sur la côte Nord-Est de l’île.


Vaï Beach

La principale ville de Crète est l’ancienne cité d’Iraklio. Cette vieille ville fortifiée est souvent boudée par les touristes : il ne reste en effet plus grand chose à voir car la quasi-totalité des quartiers anciens ont été ravagés pendant la seconde guerre mondiale.


Il ne reste donc presque pas de vieux bâtiments hormis l’ancienne loggia vénitienne et quelques églises.


Le principal attrait de la ville est donc son musée archéologique passionnant et extrêmement riche qui concentre la plupart des trésors Minoens retrouvés sur l’île.



Mais ne vous fiez pas à son apparente austérité, la ville s’anime à la nuit tombée et les terrasses des cafés ne désemplissent pas. Iraklio possède un charme certain à la nuit tombée et réserve quelques bonnes surprises -notamment une vie “alternative” qu’on ne retrouve nulle part ailleurs en Crète-.

A deux pas d’Iraklio se trouve le site historique le plus célèbre de Crète : Knossos. Ce site majeur de l’histoire Minoenne fût autrefois le plus grand et majestueux palais de ce peuple méconnu. Certains chercheurs affirment même qu’il serait également le fameux labyrinthe du minotaure -Thésée, le fil d’Ariane, ça vous parle?-.


La mise en valeur du site est également controversée : l’archéologue Sir Arthur Evans, qui a mis à jour les ruines du palais, a fait preuve d’un peu de zèle en ré-interprétant de façon parfois grossière l’histoire et la physionomie du lieu. Il en a profité pour redonner au palais une partie de son ancienne apparence -ou du moins telle qu’il l’imaginait- en bétonnant largement le site.

Malgré tout la visite de Knossos reste impressionnante et ne devrait selon nous pas être boycottée. La grandeur et la richesse historique du lieu méritent amplement de s’y arrêter et sont un complément idéal au musée archéologique d’Iraklio pour prendre la mesure de ce que fût le peuple Minoen.


Après cette belle journée culturelle nous avons repris le stop en direction de la plage de VaÏ et sa palmeraie.


En arrivant, on devine les premières palmes se dessiner au loin avant de longer toute une forêt de palmiers, qui s’étend tout en longueur comme un ru.


Sur la plage, les palmiers côtoient le sable fin et donnent cette allure unique à la plage.


Depuis les points de vue, on se rend compte de l’importance de cette forêt sauvage et préservée -la plus grande palmeraie naturelle d’Europe!-. Le spectacle est magnifique avec les derniers rayons de soleil et doit être encore plus somptueux avec le lever du soleil.





Nous avons fait un petit tour à Itanos. Si il ne reste que peu de ruines, le site tire son attrait de la plage beaucoup plus sauvage et moins prisée que Vaï -idéal si cette dernière est bondée-.



Nous sommes partis pour Zakros, point de départ de la rando pour Kato Zakros par les “Gorges de la mort”.



Nous avons donc suivi le sentier E4 un moment avant d’hésiter à descendre par les gorges -le brouhaha de l’eau en contrebas ne présageant rien de bon…-. Nous décidons finalement d’emprunter le sentier qui surplombe les gorges pour voir de quoi il en retourne.

On y chemine pendant 1h30 avec une vue plongeante sur ces falaises abruptes au sein du géoparc avant d’atteindre le site archéologique de Kato Zakros pour poursuivre ensuite notre randonnée vers la grotte de Pelekita!


Le sentier qui longe la côte est très agréable -malgré la chaleur-. On cherche de loin l’entrée de la grotte, qui est finalement très discrète car cachée par les éboulis.

On peut y faire de la spéléo en mode “amateur”, c’est donc avec nos frontales que nous sommes partis la découvrir. On s’engouffre dans les profondeurs, perdant peu à peu la lumière du jour pour arriver au cœur de la grande salle, impressionnante par sa hauteur et ses formations!





La grotte fait au total 310m de profondeur mais nous nous sommes limités aux 60 premiers mètres, déjà impressionnés par ce monde de ténèbres et l’obscurité totale du lieu.


Nous avons décidé de tenter la remontée par les gorges en empruntant le sentier E4, sans être certains de ne pas rester bloqués par l’eau.


À l’entrée des gorges nous avons dû retirer nos chaussures pour faire les 50 premiers mètres. On s’engage alors au creux de ces gorges, impressionnantes au milieu des falaises déchiquetées aux couleurs ocre. On se sent tout petits au cœur de cette immensité qui nous surplombe.

Le début de la rando était très facile et agréable avec le soleil, le bruit de l’eau qui coule, les fleurs, les chants d’oiseaux! Le printemps est proche!

Sur la fin nous avons rencontré plus d’obstacles avec des passages à traverser moins évidents du fait de l’eau et de la végétation accumulée après les orages! Mais cela reste très accessible malgré le fait s’y être rendus après une période de forte pluie.


On aura donc mis un peu moins de 2h pour remonter ces gorges magnifiques jusqu’à Zakros!


Notre dernière étape Crétoise aura été Sitia, une ville estivale ne possédant que peu d’attraits hormis une belle promenade en bord de mer et une petite forteresse.


On y a mangé avec nos amis Athénaïs et Olivier -qui ont fait la route spécialement pour nous dire au revoir, trop choupis les copains!- dans une succulente taverne où les serveurs nous ont super bien accueillis (apéro, digo et dessert et raki offerts) et donné plein d’explications sur la préparation des plats typiques!


Un dernier au-revoir avec nos amis et direction le ferry pour Rhodes, dernière étape avant la Turquie... 10h sur la mer!


On a aimé :

  • La palmeraie de Vaï.

  • La randonnée dans les Gorges de la Mort.

  • La session de spéléo improvisée à la grotte de Pelekita.

  • La belle attention de nos copains qui nous venus nous dire un dernier au-revoir avant Rhodes et la Turquie, merci Athé et Oli!

Bon à savoir :

  • Si vous souhaitez tenter la spéléo amateur dans la grotte de Pelekitas sachez qu'elle n'est aucunement sécurisée, prévoyez donc vos frontales et de bonnes chaussures. Et bien évidemment n'y allez jamais seul(e)! La grotte est assez escarpée et une chute est vite arrivée...

  • Les Gorges de la Mort sont accessibles toute l'année, certains tronçons peuvent être submergés mais il y a toujours des échappatoires. Attention tout de même la dernière partie (la plus haute), est plus physique et le sentier plus chaotique... La végétation et les passages submergés rendent la progression avec un gros sac-à-dos pénible.

  • Les Gorges de la Mort sont la dernière étape du sentier E4 qui débute 10.000km plus à l'Est, au Portugal!

  • On trouve également à l'extrémité des Gorges un petit site d'escalade, -qui semble plutôt destiné à l'initiation-.



Notre budget pour 4 jours : 201 €

  • 26 € pour visiter Knossos et le musée d'Iraklio

  • 56 € de ferry vers Rhodes

  • 119 € de nourriture dont un dernier restaurant avec nos copains!


Nous contacter :

Où sommes-nous actuellement ?

Prochaine étape :

Nous sommes de retour à la maison les prochaines aventures seront à découvrir prochainement...

Tu peux également nous suivre au jour le jour ici :

polarstepsn&btrans.png

Copyright © 2023. Site conçu avec Wix.com. Tous droits réservés.

Traces Monde et Merveilles