De Sparte à Kythira : sur les routes du Péloponnèse

Mis à jour : 24 févr. 2019


Notre semaine d’escalade terminée, il était temps de repartir vers le Sud, sur les routes du Péloponnèse. Cette magnifique région montagneuse mérite à elle seule un périple en bonne et due forme mais les cols enneigés et la météo capricieuse nous ont contraints à nous concentrer sur la partie Est, de Sparte à Movembasia.

Monembasia

Sparte reste une ville mythique pour les amoureux de mythologie Grecque de par sa grandeur et son rôle dans les guerres du Péloponnèse, avant qu’elle ne sombre aux mains de Thèbes. Aujourd’hui il n’en reste malheureusement que quelques ruines -gratuites-.


Le principal attrait touristique de la région est Mystras, sa voisine.

Perchée sur un mont verdoyant de la chaîne Taygetos, entourée d’oliviers et orangers, et située à quelques kilomètres de Sparte, Mystras est l’ancienne capitale Byzantine, d’où la richesse culturelle et artistique de l’époque s’est développée.


On y trouve quelques vestiges et de nombreuses églises -dont certaines abritent des restes de remarquables fresques- et monastères.


Nous n’avons pas eu de chance avec la météo et la brume matinale nous a empêchés de profiter de la vue sur la vallée et les monts environnants. Mais elle aura eu le mérite d’apporter une ambiance mystique au paysage!

Mais le vrai coup de cœur pour nous fût Monembasia. Cette ville posée sur une île de la mer Égée -reliée au continent par un pont-, nichée au pied de falaises abruptes, possède un charme fou avec ses airs d’iceberg échoué.


Elle appartenait d’ailleurs au continent avant qu’un tremblement de terre en décide autrement il y a bien longtemps.


On a rencontré sur le chemin les “vannards” suisses Adeline et Jérémy qui sillonnent les routes depuis le mois de Décembre avec, eux aussi, l’envie de découvrir l’Asie. C’est donc en leur compagnie que nous avons découvert la cité.



Le village médiéval est encerclé par une enceinte et dominé par une vieille forteresse. La ville basse aux ruelles labyrinthiques et étroites ne manque pas de charme. Les maisons en pierre ou aux teintes chaudes sont presque toutes rénovées et confèrent à la ville une ambiance très méditerranéenne et paisible -bien que la ville soit “dédiée” aux touristes et délaissée par ses habitants-.


Après l'ascension d’une flopée de marches on accède aux ruines de l’ancienne ville haute. Les restes sont particulièrement bien restaurés et on peut déambuler librement dans les vestiges tout en appréciant la magnifique vue sur la ville basse et ses cours et ruelles, ainsi que sur la mer et le continent.


Et pour l'occasion on se la joue "arty" avec une série en noir et blanc !



Peu avant Gythio, sur la plage de Valtaki se trouve l’épave du Dimitrios. Quel joli spectacle! Les dunes de sable blanc d’un côté et la mer déchaînée de l’autre qui vient fracasser de ses vagues cette épave rouillée à moitié délitée.



C’est ici que nous avons fait la jolie rencontre de la famille “Mytae” qui vadrouille depuis plusieurs années. On vous les présente par ici!




Depuis la ville nous avons pris le ferry vers l’île de Cythère - autrement appelée Kythira pour les bilingues-.


Enclavée entre la mer Égée et la mer Ionienne, l’île ne semble posséder au premier abord que peu d’intérêts avec ses 40 villages, et ses nombreux retraités. Mais cette île -fantôme à la basse saison- possède un aspect sauvage avec ses vallées luxuriantes, ses gorges envahies par la nature et ses eaux claires et turquoise invitant à la baignade.


La traversée en ferry fût mouvementée et la mer déchaînée. Nous attendons donc une accalmie le lendemain matin pour nous lancer -équipés et parés à braver les averses- dans notre randonnée. Nous avons suivi le sentier M37 qui passe à travers la pinède et permet d’admirer les eaux turquoise du port et son épave avant de rejoindre la route pour Mylopotamos. Nous avons essuyé plusieurs rinçades, de gros orages, un double arc-en-ciel et deux pluies de grêle en route mais la rando en valait la peine.


Nous avons pu aller voir la cascade de Fonissa dont le débit doit avoir au moins doublé en cette période avant de suivre le sentier qui mène au dernier moulin du village -qui en comptait une vingtaine-. Ce chemin s’est malheureusement avéré submergé et impossible à traverser. Nous avons donc rebroussé chemin pour aller vers l’est de l’île.


Nous avons alors marché longtemps sur des routes désertiques -pas une voiture, pas une habitation, pas un berger- avant de retrouver des traces de civilisation vers Livadi.


La ville de Cythère -capitale de l’île- est typique avec ses maisons blanches aux portes et volets bleus. On peut y visiter un fort depuis lequel se dessine une jolie vue sur le village, la mer et ses côtes escarpées -et une petite chapelle enclavée dans la roche un peu plus loin-.


Résultat d'une journée passée à randonner les pieds mouillés

La ville de Kythira


Nous reprenons le stop jusqu’au pont de Katouni -qu’un mec riche a fait construire pour impressionner sa dulcinée, classique- et on plante une première fois la tente avant de la replier à cause des bourrasques de vent trop violentes. Nous continuons donc notre route de nuit pour trouver un endroit plus abrité.


Pour notre dernier jour sur l’île nous décidons de randonner le long de la petite route qui mène au village d’Avlemonas. Ce dernier possède beaucoup de charme avec ses eaux claires et maisons typiques avec des falaises au bord des plages au loin!



De là nous avons pris le sentier M38 qui ramène à Diakofti en 2h. On passe tout d’abord dans la pinède en longeant la côte avant d’arriver sur de magnifiques falaises à la roche aux formations surprenantes!


Le soir on a attendu le ferry… qui n’est jamais venu! On se disait bien que c’était bizarre qu’il n’y ait aucun autre voyageur même s’il était tard… Le ferry passera finalement le lendemain en fin d’après-midi -on n’est pas passés loin de 4 jours d’attente!


Nous en avons profité pour zoner et faire nos lessives. Il faut dire que c’est plutôt agréable d’attendre dans un cadre comme celui-ci, on ne va pas se plaindre! On a même pris notre premier bain de l’année 🤘🏻 -un 31 Janvier!-.




On a aimé :

  • Monembasia : sûrement l’un des plus beaux villages que nous avons visités en Grèce!

  • Les randonnées côtières paisibles sur Kythira.

  • Les belles rencontres faites en chemin.


Bon à savoir :

  • L’eau n’est pas potable à Kythira

  • L’île n’abrite pas d’attraction majeure mais possède un grand réseau de sentiers bien balisés


Notre budget pour une semaine à deux : 142 €

  • 56 € de ferries

  • 12 € pour visiter Mystras

  • 74 € de nourriture


Nous contacter :

Où sommes-nous actuellement ?

Prochaine étape :

Nous sommes de retour à la maison les prochaines aventures seront à découvrir prochainement...

Tu peux également nous suivre au jour le jour ici :

polarstepsn&btrans.png

Copyright © 2023. Site conçu avec Wix.com. Tous droits réservés.

Traces Monde et Merveilles